Posts à l'affiche

La Technique Alexander® : le précieux allié du musicien


Enseignée dans le monde entier dans les plus grands conservatoires de musique et de danse, au sein d'écoles de théâtre renommées, d'universités réputées, la technique Alexander® fait maintenant partie intégrante du paysage artistique.

Le corps premier instrument du musicien

Le musicien réalise une performance autant physique que mentale, tel un sportif de haut niveau. La maîtrise, la régularité, la qualité et la beauté de cette performance dépendent de l'équilibre corporel !

Un musicien doit pouvoir développer un usage « approprié » de son propre corps : même le plus bel instrument du monde et le meilleur des professeurs ne suffisent plus quand le corps est en souffrance. Des muscles tendus, une colonne vertébrale tassée, des résistances mécaniques risquent de limiter toute progression instrumentale, si ce n'est grandement l'entraver...

La technique Alexander® permet de retrouver un fonctionnement corporel naturel et optimal. Et, comme les deux faces d'une même pièce, agir sur le physique va révéler le mental. Être au plus proche de soi (axe, équilibre), sans souffrance ni anxiété. Vivre de sa passion en toute sérénité grâce à un outil concret, simple et efficace.

La technique Alexander qu'est-ce que c'est ? Comment ça marche ?

La technique Alexander est considérée comme une rééducation du comportement postural.

Le principe fondamental de cette technique est basé sur la relation qui existe entre la tête, le cou et la colonne. Il est prouvé que chez tous les vertébrés, cet axe fondamental est un peu le « poste de contrôle » du corps. Si cette relation « tête-cou-colonne » est adéquate alors non seulement l'ensemble de l'organisme fonctionne parfaitement mais aussi l'individu dans sa globalité (physique, émotionnel et mental). Il suffit d'observer un cheval au galop ou un félin bondir pour voir que c'est effectivement la tête qui guide tout le corps. Chez l'être humain, ce réflexe instinctif (qui n'est autre que le réflexe antigravité) est présent et vivant chez l'enfant alors qu’il est entravé chez l'adulte qui va finir par se tasser, s'avachir, être soumis à des tensions musculaires et nerveuses qui entraîneront douleur, blessure et stress.

A l'aide d'indications orales et d'un contact léger, le professeur aide l'élève à prendre conscience de ses tensions et de ses mauvaises habitudes qui interfèrent dans la relation « tête cou colonne ». Il le guide vers un usage plus approprié de son corps et lui enseigne à mettre en pratique une technique afin de maintenir un état psychophysique, une posture idéale quelles que soient les circonstances.

Les séances de Technique Alexander s'articulent donc autour de 3 axes de travail principaux:

Observer : Les mauvaises habitudes posturales sont tellement ancrées que l'on n'en a plus conscience : nos sensations sont faussées. Nous avons l'impression d'être détendu alors que notre corps (et donc notre mental) est en tension permanente.

A partir de mouvements simples du quotidien comme se lever, s'asseoir, marcher, nous allons observer les tensions inutiles.

Rééduquer :Une fois cette prise de conscience effectuée, il est possible de se défaire de ces mauvaises habitudes, cesser de faire ce qui est nocif et tâcher de se rapprocher le plus possible du fonctionnement naturel du jeune enfant. C'est une forme de réinitialisation.

Prévenir : Il s'agit bien d'une technique à apprendre. Appliquer des outils pour préserver cet état optimal retrouvé quelles que soient les circonstances. Apprendre à répondre à un stimulus sans entraver ce fonctionnement optimal et ainsi être dans les meilleures conditions physiques et mentales pour réagir. Car comme le souligne Catherine de Chevilly dans son livre paru1 récemment : « Notre vie réactionnelle est « le terrain de jeu » de la Technique Alexander [...] »

Le stimulus sera simple d'abord comme se lever, s'asseoir, marcher puis la technique pourra être appliquée sur des stimuli plus complexes et plus forts comme avec l'instrument, sur une œuvre difficile ou un passage délicat.

Quels sont les effets concrets observés chez le musicien ?

Les effets de la technique Alexander sur le musicien sont nombreux et s'observent tant physiquement, mentalement que techniquement.

Le physique

  • prévention des douleurs et blessures (tendinites, lombalgies, cervicalgies, hernies discales etc.)

  • libération des tensions musculaires

  • atténuation de la fatigue

  • amélioration de la posture (assis, debout et dans le mouvement)

  • liberté du mouvement - souplesse des articulations ( notamment épaules-coudes-poignets-doigts)

  • fonctionnement optimisé des organes internes et notamment amélioration de la respiration

  • progrès de l'appareil phonatoire et de l'embouchure (lèvres, langue, gorge, palais, larynx, résonateurs, etc.)

La technique

  • amélioration de la sonorité (timbre, ampleur, justesse, vibrato,...)

  • maîtrise de la colonne d'air (soutien et respiration)

  • agilité et vitesse d’exécution

  • augmentation de l'amplitude des nuances

Le mental

  • libération des blocages instrumentaux et mentaux

  • régularité de la performance

  • gestion du trac, du stress, des concours

  • présence scénique et présence à soi

  • spontanéité, créativité, musicalité

  • concentration et mémorisation

  • sérénité dans l'apprentissage (méthode de travail)

  • confiance en soi

Comment ? Pour qui ? Où ?

Une trentaine de séances est nécessaire pour atteindre une complète autonomie de cette approche.

Tout l’intérêt de cette technique réside dans le fait qu'une fois apprise, elle est applicable dans l'instant, dès que nécessaire, dans tout contexte : séances de travail, concert, audition, concours, etc.

Si les séances collectives permettent de s’initier à la pratique, les séances individuelles et régulières permettront un travail de fond et l’obtention de résultats concrets et durables.

En France, elle est enseignée aux enfants (maîtrise de radio-France), aux étudiants (CNSM de Paris et de Lyon, CRR de Rennes, CRR de Boulogne-Billancourt, Pôle sup 93, etc.), comme aux professionnels confirmés (Orchestre Philharmonique de Strasbourg, Orchestre National de Montpellier, etc.). Elle s'adapte donc à tous les âges et peut intervenir à tous les moments de la vie et à tout niveau professionnel.

Il est intéressant de noter que grâce à son impact sur la posture, les douleurs chroniques, le stress et la performance, la technique Alexander tend à se développer également en dehors de monde artistique : entreprises, mutuelles, Sport (Équitation, Tennis, ...), mais aussi dans les écoles, les crèches ou auprès d'autistes. A l'étranger, elle est même enseignée dans certaines universités de médecine, dans des hôpitaux et des maisons de retraite.

Quelques témoignages :

« Ça fait maintenant presque deux ans que j’apprends la Technique Alexander. Outre le fait que sa pratique m’a énormément aidée à atteindre mes objectifs à mon instrument, elle a aussi beaucoup joué sur mon attitude en général. Récemment en concours, une pianiste qui m’avait déjà accompagnée il y a 2 ans a été très agréablement surprise par ma présence, me disant que j’inspirais le calme et la confiance. J’ai eu d’autres remarques allant dans ce sens ces derniers temps, et je suis très fière de donner cette impression aujourd’hui ! Je ne pensais pas il y a deux ans que la Technique Alexander aurait autant d’impact sur la personne que je suis maintenant. »

Julie, 24 ans, étudiante en musique - Pôle Supérieur

« Grâce à cette formation j'ai pu apprendre des outils pour changer l'utilisation de mon corps dans

mon activité professionnelle. Je sens mes gestes plus efficaces, et dans les situations d'effort une

plus grande efficacité avec moins de tension. Je me fatigue donc moins.

Lorsque je joue de la guitare, mes mouvements ont pris une autre direction, qui vont vers plus de

confort, dans une prise en compte globale de tout le corps, et non juste des doigts.

Pour la voix le résultat est très intéressant : la voix sort mieux, en souplesse. Cette approche a

réellement changé ma façon d'utiliser mon corps et d'envisager le mouvement ».

Grégory, professeur de guitare et de chant.

« La technique Alexander m'a vraiment permis de faire un bond en avant sur la perception que j'ai

de mon corps et la façon dont je l'utilise pour jouer de mon instrument (piano). La formation m'a

donné des moyens pour me laisser tranquille en jouant et pour réduire mes tensions inutiles face à

certaines situations professionnelles stressantes. Le résultat est moins d'angoisses et une meilleure

gestion de mes ressentis et donc de mon corps dans mon activité professionnelle »

Rémi, pianiste

Retrouver l'APTA au salon Musicora :

L'APTA tiendra un stand au salon Musicora les 1, 2 et 3 Juin 2018.

Nous vous y attendons pour échanger avec vous et nous serions heureux de vous retrouver aux ateliers « découverte » animés par Agnès De Brunhoff : vendredi 1er Juin à 17h30 studio 5A et samedi 2 Juin à 10h30 au studio 5C.

1La Technique Alexander, Edition Eyrolles

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square